Êtes-vous dépendant au jeu ? Découvrez-le en répondant aux 111 questions !

Auteurs: Xavier Gatineau Mis à jour:
Êtes-vous dépendant au jeu ? Découvrez-le en répondant aux 111 questions !

La dépendance au jeu de fortune, également appelée jeu de hasard compulsif, jeu pathologique ou dans d’autres mots trouble du jeu, représente un déséquilibre au niveau du contrôle des impulsions.

D’après les rapports de HelpGuide sur la dépendance au jeu, si vous êtes un joueur compulsif ou une joueuse compulsive, vous ne pouvez pas gérer le désir de jouer, peu importe les conséquences pour vous ou vos proches.

Vous jouerez que vous soyez en forme ou pas, même si vous savez que vous ne pouvez pas vous permettre de perdre ou que les chances vous sont plutôt contraires. Une caractéristique commune de la dépendance au jeu est qu’il s’agit d’un jeu à somme nulle. Quand l’un gagne, il faut que l’autre perde.

Pour que vous puissiez découvrir si vous ou l’un de vos proches êtes dépendant au jeu, nous avons soigneusement rassemblé une collection de 111 questions étant issues de centres réputés de traitement contre la dépendance au jeu et en avons créé un guide qui vous sera utile.

Faites dérouler la page et lisez-les attentivement !

Vous souffrez d’une dépendance au jeu ?

Voilà une nouvelle mauvaise : un problème au jeu peut être là, mais sans être totalement incontrôlable. Si vous y passez beaucoup de temps et en dépensez beaucoup d’argent, ou si le jeu commence à perturber votre vie, il est peut-être temps d’analyser cette activité sérieusement.

Nous vous conseillons de répondre franchement aux questions suivantes :

  • Est-ce que vous considérez que vous devez garder le secret sur vos activités de joueur ou de joueuse?

Vous essayez de garder le secret sur le temps que vous passez ou à l’égard de l’argent que vous dépensez aux jeux. Vous êtes sous l’impression, peut-être, que les autres ne vont pas comprendre, ou que vous allez leur faire une surprise quand vous allez gagner cette somme considérable.

  • Est-ce qu’il vous est difficile de limiter vos sessions de jeu ?

Vous sentez peut-être un besoin accablant de jouer, même lorsque vous êtes à l’école, au travail ou pendant un dîner en famille.

  • Une fois que vous commencez à jouer, êtes-vous capable de vous en arrêter facilement ?

Ou bien vous vous sentez obligé de jouer jusqu’à votre dernière piasse, d’augmenter vos paris tout en espérant que vous allez regagner votre capital que vous avez perdu ?

  • Est-ce que votre habitude de jouer rend vos proches à s’inquiéter pour vous ?

Si vos amis et votre famille sont inquiets, il faut faire très attention à leur opinion. Le déni ne fait qu’entretenir la dépendance au jeu. Il faut vous rappeler que requérir de l’aide n’est pas un signe de faiblesse ; bien au contraire.

De nombreux parieurs, ainsi que de nombreuses parieuses, plus expérimenté(e)s hésitent à demander de l’aide à leurs enfants adultes, mais il n’est jamais trop tard pour commencer une nouvelle étape de votre vie.

Les conséquences des jeux de fortune sur la santé publique
Les conséquences des jeux de fortune sur la santé publique – effets au niveau interpersonnel
Les conséquences des jeux de fortune sur la santé publique – effets au niveau individuel
  • Est-ce que vous jouez jusqu’à ce que vous dépensiez tout votre argent et puis vous passez à dépenser du capital que vous ne possédez pas ?

Cela peut inclure des cartes de crédit, des réserves pour payer les factures ou des fonds octroyés pour vos enfants. Il est possible de vous sentir obligé de vendre, d’emprunter, voire de voler de choses pour avoir de l’argent pour les jeux de fortune.

  • Est-ce que vous ressentez de l’inquiétude ou de l’irritation lorsque vous essayez de réduire ou d’arrêter votre activité de joueur ?
  • Est-ce que vous ressentez le besoin de parier des montants toujours plus élevés pour atteindre l’enthousiasme souhaité ?

Une étude effectuée en Queensland a montré que 83% des individus dépendants au jeu ont eu des soucis financiers liés aux jeux de fortune.

  • Avez-vous essayé en vain de tenir sous contrôle, de diminuer ou d’arrêter de jouer ?

La plupart des gens qui jouent trop ont des ressentis mitigés à ce sujet. Ils sont conscient(e)s qu’ils/elles se font du mal à eux-mêmes, ainsi qu’aux personnes qu’ils/elles aiment et ils/elles peuvent se sentir inquiets, déprimés, enragés ou mal à l’aise.

Pourtant, l’envie de jouer l’emporte la plupart du temps, et les personnes ayant des problèmes de jeu rencontreront des difficultés pour arrêter ou pour fixer des limites plus importantes à leur jeu. Lorsqu’ils essaient de faire des changements, ils peuvent devenir irritables et se fâcher.

  • Pensez-vous souvent aux jeux de fortune ?

Il peut s’agir de remémorer des expériences de jeu passées, de trouver de nouveaux moyens pour obtenir de l’argent afin de jouer ou bien de planifier votre futur exploit lié aux jeux de fortune.

  1. Vous pariez même si vous n’avez pas d’argent ?
  2. Jouez-vous souvent lorsque vous vous sentez en détresse ?

Jouer pour échapper aux soucis ou aux difficultés ou pour réduire l’impuissance, la dépression, la culpabilité ou l’inquiétude est un autre symptôme de la dépendance au jeu.

  • Après avoir perdu de l’argent à jouer, vous retournez souvent pour prendre votre revanche ?

Ceci s’appelle également essayer de récupérer ses pertes ; c’est une habitude fréquente parmi les dépendants au jeu.

  • Avez-vous risqué ou perdu un emploi ou une opportunité éducative/de carrière à cause de votre dépendance au jeu ?

Le supplément dédié à la Dépendance au jeu de la publication HealthJade suggère que certains traits de la personnalité tels que la compétitivité, le fait d’être un accro au travail, ou le côté nerveux, impulsif, s’ennuyant facilement sont souvent associés à un risque plus accru de la dépendance au jeu.

  • Faites-vous confiance aux autres pour résoudre vos problèmes financiers provoqués par les jeux de hasard ?
La dépendance au jeu
  • Vos habitudes en matière de sommeil, de manger ou de vie sexuelle ont-elles changé ?

Tout comme dans le cas des dépendances des substances chimiques, les dépendants au jeu peuvent faire l’expérience intense du sevrage. Si vous identifiez les signes et les symptômes du sevrage des jeux, vous pouvez mieux les gérer. Il s’agit des signes suivants :

  • La perte de l’intérêt pour les activités quotidiennes, comme faire du jogging le matin, faire de l’amour, aller faire des courses ;
  • Trop manger ou perte de l’appétit ;
  • Changements du style de dormir – le sommeil est essentiel pour votre bien-être mental. Les interruptions du sommeil peuvent indiquer d’autres problèmes, à l’en croire à Algamus Gambling en matière de Signes et symptômes du sevrage lié au jeu.
  • Avez-vous commencé à consommer plus souvent de l’alcool ou d’autres drogues ?

Les dépendants des jeux ont souvent des problèmes d’abus de substances. Selon une étude présentée par BMC Public Health, Les conséquences des jeux de hasard sur la santé publique – débat autour d’un modèle conceptuel, les maladies liées à la consommation de substances se manifestent souvent en même temps que la dépendance au jeu car un pourcentage de 28% et respectivement 17% des joueurs / des joueuses souffrent de l’abus d’alcool ou de drogues.

En revanche, un pourcentage de 15% des personnes qui cherchent à se soigner pour des troubles liés à l’usage de drogues et d’alcool remplissent les critères de la dépendance au jeu à vie, tandis que 11 % répondaient aux critères de dépendance au jeu temporaire.

1. Est-ce qu’il vous est arrivé de jouer pour essayer de gagner afin de payer des dettes ou de résoudre des difficultés financières ?

2. Est-ce que vous ressentez des envies puissantes de jouer, que ce soit dans un casino en ligne ou physique ?

Si votre réponse est positive, alors vous avez l’opportunité d’essayer de créer des habitudes plus saines, et avec le temps, il deviendra plus facile de résister à ces envies. Lorsque cette envie vous envahit, essayez :

• D’éviter l’isolement des autres ;

• De retarder votre session de jeu ;

• D’imaginer les conséquences un fois avoir cédé à cette envie ;

• De vous distraire par une autre activité.

• Avez-vous ressenti à plusieurs reprises l’appétence de jouer pour récupérer l’argent que vous avez perdu lors des sessions de jeu précédentes ?

• Avez-vous absenté du travail ou de l’école à cause de vos activités de jeu ?

Le fait de pratiquer le jeu de fortune au travail ou à l’école entraîne des pertes de productivité, de l’absentéisme, des relations professionnelles détériorées et finalement, vous pouvez arriver à la perte de votre emploi.

Près de 40% des dépendants au jeu ont déclaré que cette dépendance avait affecté leur rendement au travail, alors que 61 % ont déclaré s’être absentés du travail pour jouer.

Environ 60% des personnes qui ont des problèmes de jeu ont été sans emploi pour une période d’un mois au moins et près de 30% avaient touché des aides sociales au cours de l’année précédente.

  • Avez-vous joué plusieurs fois jusqu’à dépenser tout votre argent ?

Un rapport de 34% des personnes dépendantes au jeu déclarent avoir de gros soucis financiers, par rapport à un taux de 23% des joueurs en situation de risque et à 10% des non-joueurs.

  • Avez-vous vendu des biens personnels ou de famille pour financer votre jeu ?

Les petits vols commis contre les membres de sa famille et les prêts illicites sont des formes fréquentes de dommages interpersonnels. D’autre côté, la violence associée à la dépendance au jeu est un type grave de préjudice interpersonnel.

  • N’avez-vous jamais participé à des actions illégales pour financer votre jeu ?
Des activités illégales pour financer votre jeu de hasard
  • Avez-vous parié pour échapper à l’inquiétude, à la solitude ou à la perte ?

La grande majorité des adultes ont participé à une activité de jeu de hasard au moins une fois dans leur vie, soit pour se divertir, soit pour échapper à des sentiments indésirables. Entre 40 et 80 % ont participé à une forme de jeu au cours des 12 derniers mois.

• Vous avez éprouvé de forts besoins de jouer après avoir reçu de bonnes ou de mauvaises nouvelles ?

• Avez-vous souffert d’une détresse émotionnelle ou d’insomnie à cause du jeu ?

Les dommages provoqués par le jeu peuvent coexister avec d’autres situations difficiles. Les dommages liés au jeu peuvent affecter plusieurs domaines de la vie, y compris la détresse psychologique et émotionnelle, les problèmes financiers et de santé.

• Y a-t-il eu des périodes de deux semaines ou plus pendant lesquelles vous avez passé beaucoup de temps à réfléchir à vos expériences de jeu ? Avez-vous prévu de futures sessions de paris ou pensé à des moyens d’obtenir de l’argent pour jouer ?

• Avez-vous menti au moins trois fois à vos amis, à des membres de votre famille ou à d’autres personnes au sujet de combien vous avez perdu en jouant?

Les niveaux de nuisance les plus élevés sont souvent subis par les partenaires et par les enfants qui partagent les finances avec un joueur. Les blessures les plus courantes signalées par les partenaires étaient d’ordre financier, comme un endettement accru et des manques financiers.

• Avez-vous déjà pris de l’argent qui ne vous appartenait pas pour payer votre jeux de hasard ?

• Vos activités de jeu ont-elles déjà posé des problèmes majeurs ou répétés dans vos rapports envers des membres de votre famille ou des amis ?

Dans l’étude L’impact de la dépendance au jeu sur les familles, l’Institut australien d’études sur la famille a affirmé que le phénomène de la dépendance au jeu risque d’avoir un impact important sur les familles et sur les cercles d’amis. La plupart des informations provenaient de la part des partenaires de vie ou des enfants, mais cette activité peut nuire également à la famille élargie (frères et sœurs, parents et grands-parents).

Parmi les effets les plus fréquents sur les proches sont les difficultés émotionnelles et financières et des rapports de famille endommagés.

  • N’avez-vous jamais eu besoin de solliciter à votre famille, à un établissement de crédit ou à quelqu’un d’autre à vous prêter dans une situation financière désespérée provoquée par votre dépendance au jeu ?

Pas moins de 10 millions d’Américains sont dépendants aux jeux et plus de 23 millions ont des dettes à cause de leurs paris. Le déficit moyen a été estimé à $55.000 par individu. InCharge conseille dans l’article Solutions aux dettes provoquées par les jeux de hasard de chercher d’abord à se faire aider pour sa dépendance, pour ensuite demander de l’appui financier.

  • Avez-vous essayé de renoncer au jeu mais sans réussir ?
  • Votre comportement de jeu vous a-t-il créé des problèmes au travail ou à l’école ?

La dépendance au jeu peut affecter l’emploi de plusieurs façons. Jouer lorsque vous êtes au travail peut entraîner des pertes de productivité, l’absentéisme, ainsi que la perte de son emploi. On a constaté qu’environ 40% des joueurs dépendants ou de joueuses dépendantes ont déclaré que leur rendement au travail était affecté, tandis qu’un taux de 61% ont déclaré s’être absentés du travail pour jouer.

  • Le jeu de hasard a-t-il affecté votre réputation?
Le jeu de hasard a-t-il affecté votre réputation?

• Avez-vous jamais ressenti des remords après avoir joué ?

Les conséquences du jeu de hasard sur la santé sont associées à une détresse visiblement accrue. La détresse psychologique ou émotionnelle peut inclure la culpabilité, l’anxiété, la honte, le chagrin, l’impuissance et la haine de soi-même. Il a été estimé que de 4 jusqu’à 6 % des personnes ayant joué au cours des 12 derniers mois ont éprouvé des sentiments de culpabilité.

• Le jeu a-t-il entraîné une diminution de vos motivations ou de votre efficacité ?

• Avez-vous hésité à utiliser « l’argent des paris » pour vos dépenses régulières ?

Que vous deviez payer des courses, des factures ou des articles ménagers, vous êtes-vous déjà senti réticent à dépenser votre argent mis de côté pour des activités de jeu ?

• Le jeu vous a-t-il rendu insouciant du bien-être de vos proches ou de vous-même ?

Le comportement négligent du joueur ou de la joueuse envers son bien-être ou celui de ses proches peut compromettre le lien entre les membres de la famille. Lorsqu’ils ne peuvent plus faire confiance au joueur ou à la joueuse, lorsque ceux-ci ne ressentent aucun sentiment de sécurité ou même craignent pour leur avenir, le résultat est une rupture de toute relation.

• Les disputes, les échecs ou les frustrations créent-ils en vous une impulsion à parier ?

• D’habitude vous jouez plus longtemps que prévu ?

Si toute activité qui requiert de l’énergie vous fait perdre le sens du temps qui passe, les casinos font plus d’efforts à cet égard. Apprenez comment les jeux de hasard déforment la réalité et vous font perdre la notion du temps.

• Avez-vous déjà eu envie de célébrer la chance avec quelques heures de jeu ?

• Avez-vous déjà pensé au suicide ou à l’autodestruction à cause de vos activités compulsives ?

Les joueurs compulsifs, ainsi que les joueuses compulsives, ont des taux plus élevés d’idées suicidaires, de tentatives de suicide et même des suicides. Un lien entre les deux peut s’expliquer par des dettes excessives, qui mettent en danger les relations, des questions juridiques ou des problèmes liés aux substances.

• Avez-vous déjà pensé de commettre un acte illicite pour financer vos activités de jeu ?

Environ une personne sur quatre suivant du traitement contre l’addiction au jeu en Oregon témoignent avoir commis des actes illégaux pour obtenir des fonds afin de jouer.

La plupart de ces délits sont commis sans violence, tels que le faussement de chèques, le détournement de fonds, le vol de cartes de crédit, l’évasion fiscale, la fraude et le vol par les employés de l’entreprise.

• Le jeu vous fait-il perdre de l’ambition pour d’autres aspects de votre vie ?

Le jeu vous fait perdre l’ambition
  • N’avez-vous jamais joué pour essayer de gagner plus d’argent pour payer les factures ?

Peu importe le jeu que vous jouez, il y a plus de chances que le casino remporte votre argent plutôt que vous remportiez celui du casino. Ce n’est pas sans raison qu’ils disent « La maison gagne toujours ».

  • Le jeu de hasard a-t-il affecté votre productivité au travail ?
  • Une fois avoir gagné, vous avez envie d’y retourner pour gagner davantage ?

Si vous y retournez pour continuer à jouer, vous courez le risque de perdre la plupart de l’argent que vous avez gagné.

  • Vous êtes-vous jamais autoexclu(e) d’un casino, tout en réfléchissant à d’autres moyens pour jouer ?

Malheureusement, il est estimé qu’un taux de plus des 80% de ceux atteints par un certain type d’addiction au jeu ne cherchent pas à se faire soigner, peu importe le degré de gravité de la dépendance. Dans son étude intitulée La dépendance au jeu : Statistiques, symptômes et variantes de traitement, Psycom indique d’autres statistiques selon lesquelles même s’il y a certain(e)s qui demandent du traitement contre l’addiction, un taux de plus de 70% finissent par retourner dans le milieu du jeu.

Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de moyen de se rétablir car certains ont réussi à vaincre cette dépendance.

• D’autres personnes ont-elles critiqué votre comportement de jeu ou mentionné que vous aviez un problème, que vous pensiez ou non que ce fût vrai ?

• Vous êtes-vous déjà senti coupable de ce qui se passe lorsque vous jouez ?

Qu’il s’agisse de dépenser de grosses sommes d’argent, le fait de perdre affecte votre état d’esprit ou bien cela peut devenir quelque chose de grave.

• Avez-vous déjà caché de l’argent de jeu, des billets de loterie, des coupons de pari ou d’autres signes de jeu à votre famille ou à vos amis ?

• Vous êtes-vous déjà disputé avec les personnes qui vivent avec vous sur la façon dont vous gérez l’argent ?

Vous vous êtes disputé sur la façon dont vous gérez l’argent

Les personnes dépendantes au jeu essaient de trouver des moyens pour obtenir de l’argent destiné aux jeux soit de leur salaire, soit des économies de la famille, des réserves de leur conjoint, des prêts, etc. À cause de cela, il peut y avoir beaucoup de disputes sur la manière de dépenser l’argent.

Lorsque vous pensez à l’année passée, avec quelle fréquence…

Se sentir chanceux ou avoir perdu l’espoir
  1. Avez-vous été tenté de jouer à l’improviste ?
  2. Avez-vous joué parce que vous vouliez gagner ?
  3. Avez-vous emprunté de l’argent ou vendu quelque chose afin d’obtenir de l’argent pour jouer ?
  4. Avez-vous visité un casino physique ou en ligne ?
  5. La chance de jouer s’est-elle présentée ?
  6. Vouliez-vous voir ce qui se passerait si vous jouiez juste quelques minutes ?
  7. Avez-vous pensé que vous pourriez avoir un problème de jeu, que vous ayez accepté ou non cette pensée?
  8. Avez-vous ressenti la pression des dettes financières ?
  9. Avez-vous commencé à jouer parce que vous avez vu d’autres joueurs ou d’autres joueuses le faire ?
  10. Quelqu’un(e) vous a-t-il/elle invité à jouer ?
  11. Vous avez joué parce que vous sentiez chanceux ?
  12. Avez-vous eu besoin d’augmenter la somme d’argent pour continuer de ressentir le même sentiment d’euphorie ?
  13. Avez-vous dépensé plus que vous ne vous permettiez de perdre ?
  14. Êtes-vous retourné au jeu, ayant besoin de récupérer l’argent des défaites passées ?

Vous vous souciez qu’une personne qui vous est chère pourrait être dépendante au jeu ?

Il faut retenir quatre aspects :

Aidez-vous d’abord !

Il faut vous protéger sur le plan émotionnel et financier. Ignorer vos besoins peut être une solution pour l’épuisement professionnel. Ne vous assumez pas la responsabilité du joueur ou de la joueuse et surtout ne laissez pas ses problèmes de jeu dominer votre vie.

Ne luttez pas tout seul !

Faire face à la dépendance d’un être cher peut vous accabler et il peut paraître plus simple de rationaliser son besoin « une dernière fois ». Si vous ressentez de la honte en pensant que vous êtes le seul à avoir ce type de problème, sachez que vous ne l’êtes pas !

Demander de l’aide peut vous aider, vous et vos proches, à faire le premier pas vers un avenir meilleur.

Fixez des limites dans la gestion des fonds !

Envisagez de prendre en charge les finances de la famille. Cela empêchera les rechutes, en veillant à ce que les joueurs ou les joueuses demeurent responsables. Cependant, cela ne signifie pas que vous êtes responsable de la microgestion de leurs impulsions à jouer. Vos tâches principales sont de garder vos fonds et votre crédit en toute sécurité.

Choisissez comment vous allez gérer les demandes d’argent !

Une chose essentielle à retenir est que les joueurs dépendants, ainsi que les joueuses dépendantes deviennent régulièrement excellent(e)s dans leurs demandes de l’argent, de manière directe ou indirecte. Ils/elles pourraient faire appel à la manipulation, à la plaidoirie ou même aux menaces pour l’obtenir. Bien que difficile, il faut de la pratique pour s’assurer que vous ne soutenez pas sa dépendance.

Si vous soupçonnez que votre proche a une dépendance, plusieurs signes peuvent vous donner une réponse juste.

Les signes comportementaux de la dépendance

Les signes comportementaux

L’individu :

1. Manque-t-il les événements de famille ?

2. Ignore les soins personnels, le travail ou les tâches familiales ?

3. Arrête de faire ce qu’il aimait faire auparavant ?

4. Change ses habitudes de sommeil, d’alimentation ou de faire de l’amour ?

5. A des conflits d’argent avec d’autres personnes ?

6. Consomme plus souvent de l’alcool ou d’autres drogues, ou adopte-t-il des habitudes de vie nuisibles, comme regarder la télévision plus de 20 heures par semaine ?

7. Trompe ou vole pour obtenir de l’argent de jeu ou pour payer ses dettes ?

8. Laisse ses enfants seuls, semble moins inquiet de savoir qui s’occupe d’eux ou néglige leurs soins primaires ?

9. Pense à parier la plupart du temps ?

10. Essaie de dépenser peu ou pas du tout pour des besoins quotidiens autres que le jeu ?

11. A-t-il des problèmes juridiques liés au jeu ?

12. Est-il souvent en retard au travail ou à l’école ?

13. Dépense-t-il de gros montants ou passe-t-il beaucoup de temps à jouer ?

14. Est-il absent pendant de longues périodes sans fournir une explication ?

15. Néglige-t-il ses responsabilités personnelles ?

16. A-t-il joué l’argent nécessaire pour payer les factures du ménage ?

17. A-t-il risqué ou perdu une relation à cause du jeu ?

18. Est-ce qu’il joue habituellement pour essayer de regagner ses pertes ?

19. A-t-il mis en danger, voire perdu un emploi à cause de paris ?

20. A-t-il du mal à dormir à cause de sa dépendance au jeu ?

Les signes émotionnels de la dépendance

Des signes émotionnels

Les joueurs dépendants, ainsi que les joueuses dépendantes, ont besoin du soutien de leurs proches, notamment de la part de leur famille, pour vaincre la dépendance. Cependant, la décision d’arrêter doit leur appartenir. Aussi difficile que cela soit d’en voir les effets, vous ne pouvez pas obliger quelqu’un(e) à arrêter de jouer.

Ce que vous pouvez faire, c’est vous protéger, les encourager à demander de l’aide, soutenir tous leurs efforts et prendre au sérieux toute discussion sur le suicide.

Lisez les questions suivantes et réfléchissez si vous reconnaissez chez votre proche les signes émotionnels suivants.

Le joueur ou la joueuse :

  1.  Se retire par rapport à sa famille et à ses amis ?
  2. Semble absent(e), anxieux/anxieuse, ou a du mal à se concentrer ou à faire attention ?
  3. A des variations d’état d’esprit et des accès de colère soudains ?
  4. Se plaint d’agitation ou d’ennui ?
  5. Semble déprimé ou suicidaire ?

Les joueurs dépendants, ainsi que les joueuses dépendantes, peuvent subir une chute écrasante de leur estime de soi lorsqu’ils/elles sont confrontés aux conséquences de leurs actes. C’est l’une des raisons pour lesquelles ce problème a un taux si élevé parmi les joueurs compulsifs, ainsi que par les joueuses compulsives.

Si vous suspectez que votre conjoint(e) a des pensées suicidaire, rendez-vous sur la page Befrienders Worldwide pour avoir accès à une ligne téléphonique d’assistance à ceux qui veulent se suicider dans votre pays.

Les signes financiers de la dépendance

Est-ce que le joueur ou la joueuse :

  1. Se retrouve en alternance entre l’état d’être en faillite et puis dans l’état de gaspillage de l’argent ?
  2.  Emprunte fréquemment de l’argent ou demande des avances sur son salaire ?
  3. Prend un deuxième emploi sans changement à son état financier ?
  4. Encaisse dans des comptes d’épargne, sur les Régime Enregistré d’Épargne-Retraite ou pour régimes d’assurance ?
  5. Les membres de sa famille se plaignent-ils que des objets de valeur et des appareils électroménagers manquent à la maison ou que de l’argent manque sur un compte bancaire ou dans un portefeuille ?

Les signaux d’alarme au niveau de la santé

Le joueur ou la joueuse se plaint-il/elle de problèmes de santé liés au stress, tels que :

  1. les maux de tête ;
  2. la difficulté à dormir;
  3. des problèmes d’estomac et d’intestin;
  4. trop manger;
  5. avoir perdu l’appétit ?

L’exposition répétée au stress affecte les paramètres de santé de l’individu car le jeu est associé à des problèmes cardiaques, à des maux de tête, aux troubles gastriques, à l’hypertension artérielle, à la perte de poids, à un arrêt cardiaque, à l’arthrite, à l’indigestion, à la tachycardie, à l’angine de poitrine, à la cirrhose et à d’autres maladies du foie.

En particulier, les joueurs dépendants, ainsi que les joueuses dépendantes, sont plus susceptibles d’éviter l’exercice physique régulier et moins susceptibles de rechercher des soins de santé.

Un taux de 57% des non-joueurs/non-joueuses et 54% des joueurs/joueuses dans des buts de loisir ont déclaré avoir de bons ou d’excellents soins de santé. En revanche, un pourcentage de 44 % des joueurs à faible risque, 36 % des joueurs à risque modéré et seulement 22 % des joueurs compulsifs, ainsi que de joueuses compulsives, ont déclaré avoir un bon ou un excellent état général de santé.

Liste de choses à faire et à ne pas faire pour les conjoint(e)s des dépendant(e)s au jeu

Liste de choses à faire et à ne pas faire pour les conjoint(e)s des dépendant(e)s au jeu

Ne pas…

• Ignorer les qualités positives de votre conjoint ;

• L’empêcher de participer à des événements et à des activités de famille ;

• Dissimuler ou nier les problèmes de votre partenaire à vous-même ni à d’autres ;

• Perdre votre sang-froid, sermonner, prêcher ou émettre des menaces et des ultimatums auxquels vous n’êtes pas en mesure de donner suite ;

• Supposer que le rétablissement de votre conjoint se produise en douceur ou facilement. Même lorsque le jeu prend fin, d’autres obstacles sous-jacents peuvent apparaître ;

• Soutenir son jeu de quelque manière que ce soit, ou payer les dettes de votre partenaire.

Par contre…

  • Parlez avec votre conjoint sur sa dépendance au jeu et ses répercussions lorsque vous êtes calme, pas stressé ou nerveux ;
  • Parlez à vos enfants de la dépendance au jeu de votre conjoint ;
  • Commencez à gérer les finances de la famille tout en surveillant prudemment tout relevé bancaire et de carte de crédit ;
  • Cherchez à vous faire aider vous-même. Des groupes d’auto-aide aux familles des dépendants au jeu tels Gam-Anon peuvent être l’occasion de connaître des gens qui ont eu les mêmes problèmes ;
  • Informez votre conjoint que vous sollicitez de l’aide car son comportement de jeu vous affecte, vous et votre famille ;
  • Encouragez et aidez vos proches pendant le traitement à la dépendance quoiqu’il soit un processus de durée avec quelques ou plusieurs moments de recul.

Votre adolescent a-t-il un problème de dépendance au jeu ?

Problèmes de dépendance au jeu chez les adolescents et chez les adolescentes

Auprès de la plupart des casinos en ligne, vous pouvez créer un compte vous permettant de jouer soit en mode essai, gratuitement, soit pour de l’argent réel. La plupart vont exiger des détails pour leur procédure “connaissance de sa clientèle” (une copie de votre pièce d’identité ou de votre passeport, des relevés bancaires, etc.) seulement s’il est besoin de faire un encaissement ou lorsque le montant encaissé dépasse certaines limites.

Ces fonctionnalités peuvent attirer les adolescent(e)s à commencer à parier et, malheureusement, acquérir une dépendance au jeu. Vous pouvez apprendre davantage sur la manière dont le jeu de hasard en ligne devient une dépendance qui se développe vite chez les adolescent(e)s. Il y en a quelques signes que vous pouvez surveiller afin de mieux reconnaître un éventuel problème. Voici les questions qu’il faut vous poser à vous-même :

Votre adolescent(e)…

1. A-t-il séché les cours ?

2. Est-il/elle passionné(e) par les salles de jeux vidéo, les sites de jeux d’argent, le poker télévisé ou les résultats sportifs ?

3. Demande-t-il/elle de l’argent plus souvent ou des montants plus élevés ?

4. Emprunte-t-il/elle de l’argent ou vole de chez ses amis et de la famille ?

5. Vend ou perd des biens ?

6. S’absente du travail ou de l’école ?

7. A-t-il/elle de grosses sommes d’argent inexpliquées ?

8. Possède-t-il/elle une fausse pièce d’identité, des cartes d’entrée au casino ou des reçus d’hippodrome parmi ses biens ?

9. Fume ou consomme-t-il/elle de l’alcool ou de la drogue ?

10. Change de comportement, en devenant plus secret que d’habitude ou solitaire ?

La dépendance au jeu est plus fréquente parmi les jeunes et les personnes entre deux âges. Se livrer au jeu de hasard pendant l’enfance ou l’adolescence accroît le risque de développer la dépendance au jeu. Apprenez Comment protéger votre enfant des jeux de hasard à temps.

Comment arrêter de jouer pour toujours

Comment arrêter de jouer

Le grand défi pour de nombreux dépendants, ainsi que pour de nombreuses dépendantes au jeu, n’est pas de renoncer, mais plutôt de rester sur la voie du recouvrement, s’engager à rester loin des jeux de fortune pour toujours.

Même si l’univers des jeux en ligne est plus difficile d’abandonner, le recouvrement est toujours possible si vous évitez les environnements et les sites qui tentent, si vous déléguez la gestion personnelle de votre argent en faveur de quelqu’un d’autre de confiance, que vous trouvez des activités plus saines et que vous vous entourez de gens envers lesquels vous êtes responsable.

Pour de nombreux joueurs compulsifs, ainsi que pour de nombreuses joueuses compulsives, le plus grand défi n’est pas d’arrêter de jouer mais plutôt de rester en phase de rétablissement, en s’engageant à ne pas jouer de façon permanente.

Alors que le monde du jeu en ligne rend plus difficile pour vous de rester à l’écart, le rétablissement est toujours possible si vous évitez les environnements et les plateformes web tentants, déléguez le contrôle de vos finances, trouvez des activités plus saines et vous entourez de personnes envers lesquelles vous êtes responsable.

Faire des choix plus sains

Une façon d’arrêter de jouer est d’éliminer les éléments nécessaires au jeu et de les remplacer par des alternatives plus saines. Il y a quatre éléments que vous devez garder à l’esprit :

La décision

Pour que le jeu se produise, il faut que vous preniez cette décision. Si vous en avez envie, arrêtez ce que vous faites et appelez un proche ou une ligne d’assistance. Réfléchissez aux conséquences et trouvez immédiatement une autre activité.

L’argent

Vous ne pouvez pas jouer sans fonds. Jetez vos cartes de crédit, ne gardez qu’un montant limité d’argent et laissez une personne de confiance se charger de votre argent. Vous pouvez également demander à la banque d’effectuer des paiements automatiques à votre place.

Le temps

Même le jeu en ligne ne peut pas se produire si vous n’avez pas le temps pour cela. Dites-vous que vous allez attendre 10 minutes, 30 minutes ou une heure. Pendant que vous attendez, l’envie de jouer peut passer ou devenir suffisamment faible pour y résister.

Trouvez des activités agréables et planifiez-les pour votre temps libre. Si vous jouez sur votre mobile, trouvez d’autres méthodes pour combler les intervalles tranquilles de votre journée.

Un jeu

Il ne peut pas y avoir de possibilité de jouer sans un jeu ou une activité sur laquelle parier. Ne vous laissez plus aller dans des environnements tentants. S’il y a des établissements de jeu que vous fréquentez, demandez-leur de vous empêcher d’y entrer.

De surcroît, bloquez les sites de jeux d’argent et supprimez toutes les applications sur votre dispositif portable et sur votre ordinateur.

Trouvez des substituts à votre jeu

Pour soutenir le recouvrement de ce type de dépendance, il faut identifier des comportements alternatifs pour remplacer le jeu. En voici quelques exemples :

Raisons pour parier Comportements alternatifs

Enthousiasme, adrénaline

Sport ou un loisir sollicitant (alpinisme, courses de Go-Kart, cyclisme à la montagne)

Sentiments désagréables engourdis

Thérapie ou la boîte à outils sur l’intelligence émotionnelle

Être plus sociable et surmonter l’isolement

Joindre un groupe social, se porter volontaire, se faire des amis

Solitude ou ennui

Trouver quelque chose qui vous passionne et trouvez d’autres gens qui partagent votre intérêt

Résoudre des soucis financiers

Les chances vous sont contraires ; demandez de l’aide à un conseiller de crédit

Se détendre après une journée pleine

15 minutes d’exercice physique par jour, la méditation, la respiration profonde ou le massage peuvent éliminer le stress

Le traitement à la dépendance au jeu

Vaincre une dépendance au jeu n’est jamais facile et chercher un traitement professionnel ne constitue pas un signe de faiblesse. Il faut garder à l’esprit que chaque joueur, ainsi que chaque joueuse, est unique et que vous aurez besoin d’un programme de recouvrement particulier, adapté à ses besoins.

Il faut aussi parler à votre professionnel de santé mentale et apprendre les différentes options de traitement, telles que :

Programme de traitement et de réadaptation en milieu hospitalier ou résidentiel

Ce traitement est destiné aux personnes souffrant d’une grave dépendance au jeu qui ne peuvent pas s’arrêter sans un soutien constant.

Traitement des principales maladies contribuant à votre dépendance au jeu

Il peut s’agir de toxicomanie ou de problèmes de santé mentale (anxiété, dépression, TOC ou TDAH).

Le traitement peut inclure des médicaments, une thérapie et des changements du mode de vie. La dépendance au jeu peut également être un symptôme du trouble bipolaire. Par conséquent, votre médecin devra peut-être l’exclure avant de poser un diagnostic.

La thérapie cognitive-comportementale

La TCC vise à changer les comportements et les pensées de jeu malsains, tels que les justifications et les fausses croyances. Vous pouvez également apprendre à lutter contre les envies de parier et à résoudre les problèmes de travail, financiers et relationnels provoqués par la dépendance au jeu.

Thérapie familiale et conseils en matière de mariage, de carrière et de crédit

La thérapie peut vous aider à résoudre les problèmes particuliers provoqués par les problèmes de jeu et jeter les bases du rétablissement de vos relations et de vos finances.

Journal de jeux

Garder un journal est un bon moyen pour mieux comprendre votre comportement, alors que la Thérapie au jeu fournit nombre d’exercices d’auto-assistance.

Maintenez donc un journal de jeux de hasard pour surveiller :

  • Ce que vous faisiez;
  • Avec qui vous étiez ;
  • Le temps passé, l’argent dépensé ;
  • Le type du jeu choisi ;
  • Les conséquences.

Après avoir tenu votre journal à jour pendant quelques semaines et consulté vos notes, vous devriez être en mesure d’identifier certaines tendances et d’essayer de les éviter. Par exemple, il se peut que vous ayez tendance à vous sentir seul et inquiet avant de commencer à jouer.

L’évaluation de la dépendance au jeu

L’évaluation de la dépendance au jeu

La Clinique Mayo aborde le diagnostic de la Dépendance au jeu, en vous communiquant que pour évaluer votre dépendance au jeu, votre médecin ou votre professionnel en santé mentale :

  • Posera des questions sur vos habitudes de jeu – il peut également vous demander l’accord pour parler avec vos amis et avec les membres de votre famille. Ne vous inquiétez pas car les lois sur la confidentialité empêcheront votre médecin de fournir des détails sur vous sans votre approbation ;
  • Passera en revue vos informations médicales – certains médicaments peuvent avoir un effet secondaire inhabituel qui entraîne un comportement compulsif chez certaines personnes, y compris le jeu. De surcroît, un examen physique peut identifier des problèmes de santé qui sont parfois associés au jeu compulsif ;
  • Fera une évaluation psychiatrique – cette évaluation inclut des questions sur vos pensées, vos symptômes, vos sentiments et vos modèles de comportement liés à votre jeu. Selon vos signes, vous pourriez être évalué pour des troubles de santé mentale qui sont parfois associés à un jeu en excès ;
  • Utilisera le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5).

Remarques finales et ressources

Si vous avez répondu positivement à la plupart, voire à toutes les 111 questions souvent lors de l’année passée, alors vous (ou votre conjoint) devez penser à vous faire analyser par un psychologue qui a la compétence nécessaire.

Vous pouvez trouver également nombre d’Institutions vouées au jeu responsable au Canada qui vous aideront à surmonter votre dépendance au jeu.

Il faut aussi envisager un logiciel de blocage général conçu pour arrêter l’accès sur n’importe quelle plateforme web, puis définir des autorisations d’accès ou des logiciels de contrôle parental. De surcroît, vous avez la possibilité d’essayer un logiciel de blocage spécifique au jeu pour garder votre jeu en place. Au moins cela vous donnera un peu de temps pour réfléchir lorsque vous aurez envie de jouer.

Si vous ne pouvez pas résister à l’envie très forte de jouer, ne soyez pas trop dur avec vous-même et n’utilisez pas cela comme prétexte pour abandonner. Vaincre une dépendance au jeu est un processus complexe, et vous pouvez parfois avoir des régressions. Néanmoins, le plus important est d’apprendre de vos erreurs et de continuer à travailler pour vous rétablir !